Superaliments, recettes sans gluten... : Infox, intox, marketing, réalité

-- Tranches de vie --

Aujourd’hui, un petit billet d’humeur sur tout un tas d’informations tendances autour de la nutrition.

Vous avez déjà entendu parler des « superaliments » ? Vous savez ces fameux aliments « miracles » très riches en nutriments et qui passent pour nous permettre de ne pas être malade (adieu cancers, cholestérols et autres affections) et de bien vieillir.
Alors pour faire court, les « superaliments », ça n’existe, enfin si mais non ou disons, du moins pas comme on nous les vends.
Bon ok, j’exagère un peu, mais tout ça pour dire qu’il faut faire attention à ne pas se laisser avoir par toutes les informations que l’on veut bien nous faire croire à ce propos.
Attention, je ne dis pas que les aliments que l’on nous présente sous cette appellation là n’ont pas les vertus qu’ont leur prête. Simplement pour pouvoir profiter de leur bienfaits tels qu’on nous les décrits, il faudrait en consommer énormément.
Je ne me vois pas manger 100g de thym, de spiruline ou de curcuma par jour, c’est énorme et surtout ça n’est pas adapté à notre alimentation. Et vous ?
Sans compter le coût que cela peut avoir, ils sont souvent chers, parfois même supers chers. Comment sur un budget déjà tendu, acheter son kilo de baies de goji à presque 40 euros ?
Franchement je ne vois pas, à moins de se contenter de manger des patates ou des pâtes à l’eau tout le reste du mois. Et en plus, si en plus on les multiplie, c’est pas 40 euros par mois que l’on dépense là dedans mais facilement beaucoup plus.
Qui peut se le permettre ? Ceux qui appartiennent au CSP+ (catégories socio professionnelles aisées) certainement, mais le but n’est-il pas que l’on puisse tous avoir une alimentation pour être en bonne santé sans avoir un gros salaire.
Bref, malgré leur évidente qualité nutritive (mais ni plus ni moins que plein d’autres aliments), ils sont à mon avis une invention marketing juste pour nous faire consommer des aliments qui coûtent un max.
Et si on regarde bien, ce sont souvent des fruits, des légumes, des épices ou des aromates (j’ai cherché, promis, mais la méga- maxi côte de bœuf avec double ration de frites grasses ou bien la raclette n’en font pas partie).
Alors, comment ne pas tomber dans le piège ?
Facile. Et si, plutôt que de vouloir à tout prix consommer un produit qui vient de l’autre bout de la planète (bonjour l’empreinte carbone) en se ruinant, on regarde ce que l’on a autour de nous.
C’est ce que je fais, et on peut pas dire que l’on a pas le choix ! Il y a plein de fruits et de légumes en toute saison, que l’on peut choisir d’acheter frais ou surgelés (et oui les légumes surgelés ont les mêmes vertus nutritives que les frais), à l’agriculteur tout proche, au primeur du coin ou en grande surface. Et vous savez quoi, ils sont bourrés tout pareil de vitamines, de minéraux et de tout plein d’autres choses comme les antioxydants, ces petites molécules différentes selon la couleur des fruits et légumes et qui protègent contre les radicaux libres, d’autres molécules qui nous font vieillir.
Exactement ce que l’on nous promet avec les « superaliments ».
Mais le secret pour être en bonne santé n’est pas de se gaver de ces « superaliments pour avoir bonne conscience » et le reste du temps d’empiler les burgers sur les pizzas sur les frites sur les sodas, de se faire des sandwichs dignes de Scoubidou ou d’alterner raclette-fondue-tartiflette.
La réalité est tout autre et passe par une alimentation équilibrée au quotidien avec laquelle on peut aussi se faire plaisir.
Du coup, de mon côté, j’ai choisi, je fais le plein de bonnes choses avec des aliments de saison et frais au maximum. Et rassurez vous, je ne mange pas que des légumes et des fruits, il m’arrive de manger aussi de la viande ou du poisson et même de me faire plaisir et la raclette fait partie de mes péchés mignons, mais pas trop souvent, juste ce qu'il faut pour apprécier en gardant le côté "exception" pour un repas qui impacte sur le contentement personnel à 200% (à condition d'aimer le fromage bien sûr :-) )
Et vous, vous êtes plutôt « superaliments » ou alimentation du quotidien équilibrée et saine ?

Un autre abus de communication, je ne vois pas comment l’appeler autrement, ce sont les recettes sans gluten qui fleurissent sur les réseaux sociaux, un peu comme si on redécouvrait l’eau chaude ou que l’on avait inventé le fil à couper le beurre.
Pourquoi je dis ça ?
Pour comprendre, il faut d’abord savoir ce qu’est le gluten et où on le trouve? Pour faire simple et court, ce sont les protéines que l’on trouve dans le seigle, l’orge, le blé, l’avoine et le kamut (et bien sûr les produits fabriqué avec comme les pâtes, la semoule, le pain, les gâteaux, les céréales de petit déj…). Tiens au passage, petit moyen mnémotechnique pour se rappeler où on le trouve il suffit de retenir SOBAEK, et ce à quoi chaque lettre correspond et on est bon.
Parce que le gluten, on ne le trouve que dans les aliments cités au dessus et pas ailleurs.
Il est le compagnon indispensable des boulangers et des pâtissiers (mention spéciale au réseau et au voile glutineux).
Alors, non on ne trouve pas de gluten dans le riz, le quinoa, les légumineuses, les pommes de terre, la viande (même la viande rouge),le poisson, les oeufs ou encore les fruits et les légumes (et la liste est loin d’être complète).
Alors lorsque je vois des recettes vantant fièrement qu’elles sont sans gluten, je ne peux m’empêcher là encore de penser qu’au delà de l’information nécessaire, il y a du marketing et une tendance à surfer sur un phénomène de mode.
Est ce mal ?
Non, bien au contraire, il est toujours judicieux de l’indiquer pour informer rapidement ?
Mais plutôt que de dire uniquement que la recette est sans gluten, pourquoi ne pas expliquer ce qu’il est et dans quels aliments on peut le retrouver ! Ainsi d’une pierre deux coup, il y a l’information et l’application pour se régaler, parce que l’air de rien c’est super important de se régaler en mangeant un plat safe.
Ne cherchez pas de gluten là où il n’y en a pas !
Pas de crainte avec la fameuse raclette (encore elle, toujours en mode "repas plaisir et pas tous les jours" parce qu’elle est grasse, salée et super calorique). Idem avec du saumon en papillote et une fondue de poireau, un pot au feu, une soupe de légume ou une salade d’avocat-kiwi-tomate…
Pas de gluten à l’horizon pour ces plats là et ils sont loin d’être les seuls.
Pourquoi je vous dis ça ? Parce que dans la partie recette du blog de Nutricoach Synergie, vous ne trouverez pas de recettes mentionnées sans gluten, on préfère expliquer ce qu’est le gluten et vous rendre autonome en sachant où le trouver et où ne pas le trouver.
Mais alors par quoi remplacer les farines contenant du gluten ? Il y a plein d’alternatives, mais ça fera l’objet d’une autre tranche de vie, promis.

Idem pour le lactose.
Mais c’est quoi le lactose au fait ? Est ce que vous le savez ?
C’est le sucre contenu dans le lait et les produits laitiers en général mais pas dans tous. A retenir, les yaourts, la crème fraîche en contiennent ainsi que les fromages frais, alors que ceux à pâte mi dure (genre la raclette, encore elle, décidément elle est partout, mais pas que) ou bien à pâte dure (gruyère, gouda, emmental…) n’en ont que des traces.
Bref, là encore si il est facile de vanter les mérites du sans lactose dans un plat qui ne contient aucune goutte de lait ou aucun produit dérivé de celui ci. Pas de lait dans votre salade de tomate, dans votre bœuf bourguignon ou bien dans votre salade de fruits.
Et quand on ne peut pas consommer de lait et ses dérives à cause d’une allergie ou d’une intolérance comment faire et par quoi les remplacer ?
là encore, il y a plein de manières de remplacer le lait et les produits laitiers par d’autres aliments.
Promis, là aussi, une autre tranche de vie abordera le sujet.




A y être, pourquoi par les recettes sans fructose ?
Soit toutes les recettes qui excluent les fruits ou bien certains aliments contenant ce fameux ingrédient, qui n’est autre que le sucre des fruits (et je ne parle pas du sirop de fructose qui est à éviter). Pourquoi n’auraient elles pas le droit à leur rubrique type ?
Raclette sans fructose, entrecôte sans fructose, nourrish bowl sans fructose, tarte saumon épinards…. Bref là encore on pourrait le faire, mais on marcherait sur la tête. Peut être n’est ce pas le cas, parce que le fructose est moins déclencheur d’allergies ou d’intolérances et qu’il est peut être moins porteur en terme de marketing.

En conclusion, pour ma part, j’évite ces pièges et privilégie une alimentation à base de produits de saison en variant les sources pour avoir des apports complets et le meilleur équilibre possible glucides-lipides-protéines-vitamines-minéraux…

Et vous comment mangez vous ?
Hésitez pas à me laisser un commentaire pour me le dire.

Articles associés :

Les fruits et légumes

VOIR

Féculents : les céréales

VOIR

Féculents : les légumineuses

VOIR

Féculents : les tubercules

VOIR

Oeufs

VOIR

Poissons et Fruits de mer

VOIR

Produits laitiers

VOIR

Nutrition de la viande

VOIR

Les glucides - où les trouver ?

VOIR