Et si on se faisait un apéro ?

-- Tranches de vie --

Le beau temps arrive et avec lui je dois avouer que j’ai des envies d’apéros en famille ou entre amis.

Et là, se pose une question existentielle.

Mais est-ce que c’est pas un peu trop riche un apéro ?

Et ce qui devait être une partie de plaisir vire (presque) au cauchemar où chaque aliment peut être une source d’angoisse et où on se sent un peu coupable de prendre « encore un peu de chips », « juste quelques cacahuètes de plus », « une ou deux petites tranches de saucisson pour le plaisir », « un verre de plus ». Et bien sûr après celui ci, « c’est promis, après ça j’arrête » ou encore « mais ça va aller, demain je vais courir ».

Bon soyons honnêtes, c’est vrai les apéros sont souvent synonymes de trop de tout. Un peu trop de grignotis, de boissons alcoolisées (avec modération, toujours), de chips, de saucisson, de cacahuètes salées…

Là c’est clair, c’est empilement de calories sur calories, beaucoup de graisses, de sucres, de sel qui saturent l’organisme et l’apéro se transforme en bombe calorique.

Surtout si en plus on mange après, parce que l’apéro, c’est juste la mise en appétit.

Juste pour info, un apéro tranquille avec un peu de chips (l’équivalent d’un petit paquet, 30g, c’est vraiment tout petit, on en mange facilement le double en général si ce n’est plus), quelques tranches de saucisson (4 ou 5, pas de quoi en faire tout un plat, à peine une cinquantaine de grammes à vue de nez), une poignée de cacahuètes grillées et salées (environ 30g là encore), deux bières de 33cl, c’est pas loin des 800kcal voire un peu plus même. Ça correspond à peu plus du tiers ou de la moitié des besoins caloriques d’un adulte standard, homme ou femme (et que dire si en plus un repas suit).

Avoir un apéro sain c’est possible

Alors, qu’est ce que je mets dans mon apéro qui essaient de sortir des sentiers battus en évitant les classiques crackers salés, saucisses cocktails et autres biscuits soufflés et frits notamment.

D’abord, j’évite au maximum les aliments ultra transformés et j’essaie de les remplacer par des aliments moins caloriques, moins salés, moins gras ou moins sucrés.